Skip to main content

Le site Coccinelleetcoquelicot.com référence des acteurs locaux du 06 et du 83, avec : des professionnels engagés, des thérapies naturelles,
une éthique bio-responsable, des solutions, des articles, des recettes, des idées pour changer de mode de vie naturellement, ...

Nous avons 121 invités et aucun membre en ligne

Conseils, Solutions, Systèmes, Installation et SAV

Var - France - Belgique
L'eau de la planète

Contrairement aux apparences, l’eau douce est une ressource rare à l’échelle planétaire

Seulement 2,5 % de la masse totale en eau de la terre
est de l'eau douce !

Déclaration de Porto Alegre

(Forum Social Mondial, février 2002)

L'eau douce de la terre appartient à tous.

Elle est nécessaire à la vie et ne doit pas être traitée comme une marchandise.

L’eau est un droit humain fondamental

Elle est nécessaire à notre survie. Chaque être humain a le droit à une quantité suffisante d’eau de bonne qualité pour vivre.

L’eau est un droit inaliénable, individuel et collectif,

il ne peut pas être soumis à des discriminations sociales (âge, sexe, etc.), politiques, religieuses et financières. Le coût pour satisfaire ce droit pour tous doit être financé par la collectivité.

L’eau est une ressource naturelle

qui doit être utilisée de manière durable pour le bien commun de nos sociétés et de notre environnement. Il faut mettre fin à son gaspillage.

L’eau est essentielle

à la sécurité de nos communautés et sociétés.

L’eau appartient au secteur public.

Seul le contrôle démocratique de la gestion de l’eau dans l’intérêt public instaure les conditions optimales d’une politique équitable de l’eau.

Les citoyens doivent être au cœur

du processus de décision des politiques de services publics qui affectent fondamentalement leur vie.

Les politiques de l’eau doivent assurer l’équité sociale

en matière de santé publique et d’environnement.

Cette déclaration rédigée par La Coalition mondiale contre la privatisation et la marchandisation de l’eau réunit une trentaine d’organisations non-gouvernementales venant de cinq continents.
L'eau à travers le monde

« L‘eau recouvre environ 71 % de la surface terrestre. […]
Contrairement aux apparences, l’eau douce est une ressource rare à l’échelle planétaire : seulement 2,5 % de la masse totale en eau de la terre estimée à 1,4 milliard de kilomètres cubes (km³), les océans et mers (97,5 % du total) étant de salinité variable. L’eau est en recyclage continuel. Nous utilisons la même eau que nous recyclons depuis la nuit des temps, depuis l’existence du monde. Mais cette petite part d’eau douce n’est pas entièrement accessible, car elle est aux deux tiers composée de glaces arctiques ou antarctiques, de neiges éternelles et de permafrost. Finalement, l’homme et tout l’écosystème doivent se contenter de moins de 1% de toutes les ressources hydrauliques...

Dans beaucoup de pays, l’eau buvable devrait l’être en toute sécurité, mais elle est malheureusement inaccessible à certaines populations. C’est pourtant notre bien le plus précieux au monde. Pourtant, pour notre plus grand malheur, elle est de plus en plus maltraitée, galvaudée et non respectée. »

Extrait du livre « Comment purifier et revitaliser votre eau de table » de Richard HAAS, Ed. Chariot d’Or

Le réseau de traitement de l’eau

nos medicaments polluent l eau des rivieresL’eau pompée peut contenir des pesticides, des fongicides, des nitrates, des phosphates provenant principalement des traitements des cultures et des rejets domestiques.

De plus, pour améliorer l’aspect de l’eau, certaines stations utilisent de l’aluminium. Mais il faut savoir que les boues des stations d’épuration sont répandues dans les champs et que leur contenu retourne dans la nappe phréatique : métaux lourds, résidus de médicaments, hormones, nanoparticules…

Nos médicaments polluent nos rivières. C’est la nouvelle interrogation des chercheurs qui ont analysé l’eau après le passage en station d’épuration. L’eau rejetée contient des résidus des médicaments les plus consommés. Des médecins et des experts lancent l’alerte. C’est l’un des problèmes de nos sociétés modernes, nous consommons trop de médicaments. Nos reins filtrent notre sang et évacuent dans l’urine ce qui n’est pas bon pour notre corps, de même que nos selles évacuent nos résidus alimentaires chargés de molécules médicamenteuses.

Les eaux usées de nos toilettes sont remises en circulation dans les stations d’épuration qui n’ont pas été conçues pour traiter et éliminer ces résidus toxiques. Le schéma montre bien la logistique du traitement de l’eau, infos de la planète, voir ici. Hélène Budzinski, « Nous consommons des médicaments qui passent dans nos urines. La réglementation sur le traitement des eaux n’a jamais prévu ce problème ». crédit Claire Sacy / LPI

De plus, pouvons nous raisonnablement exiger (si on le pouvait ! ) que l’eau du réseau soit débarrassée de tous ses polluants alors que 90% de cette eau va servir pour des usages externes (machines à laver, toilette, WC, arrosage …) ? Le coût pour la collectivité serait faramineux ! Nous n’avons plus guère le choix : l’eau du robinet devient difficile à boire malgré tout dans certains endroits (voir l’émission « Du poison dans l’eau du robinet » diffusée par France 3)

Que faire ? pour l’eau de boisson et de cuisine, acheter de l’eau en bouteille ?

Près d’un quart des eaux embouteillées non conforme en France.

Une enquête a été menée au 3e trimestre 2006 dans 13 régions françaises sur les eaux minérales naturelles embouteillées en France ou originaires de l’Union européenne. Celle-ci souligne que près d’un quart des eaux en bouteille examiné présente une composition non conforme aux teneurs indiquées ou aux normes en vigueur. Cette enquête menée par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) avait pour objectif de déterminer les teneurs résiduelles : en fluor, sur des eaux susceptibles de présenter des taux supérieurs à 1,5 mg/l mais ne comportant pas dans leur étiquetage l’avertissement relatif à la présence de fluor au-delà de ce seuil en bromates et en bromoformes, pour les eaux susceptibles d’avoir été traitées à l’air enrichi en ozone mais ne faisant pas référence à ce traitement dans l’étiquetage en arsenic, en baryum et en manganèse. Source : www.notre-planete.info

Nos besoins en eau

Comme la plupart des êtres vivants, nous sommes constitués
de plus 60% d’eau.

L’hydratation, un besoin essentiel

Nous faisons de plus en plus attention à ce que nous mangeons. C’est très important. Mais l’eau est le constituant essentiel de la vie comme le met en évidence cette pyramide alimentaire. Comme la plupart des êtres vivants nous sommes constitués de plus 60% d’eau.

Que deviennent votre riz bio, ou vos légumes du jardin, cuits dans de l’eau du robinet contenant du chlore, des pesticides, des nitrates, des résidus de médicaments, des hormones ? … Est-ce encore du bio ?

Vous utilisez pour boire et cuisiner de l’eau en bouteille ?

C’est mieux que l’eau du robinet ! Mais êtes-vous sûr que certains éléments du plastique de la bouteille, le Bisphénol A par exemple, ne migre pas dans l’eau ?
D’un point de vue écologique, il faut 7 litres d’eau pour fabriquer une bouteille ! Sans compter l’énergie nécessaire pour le transport de ces packs d’eau

L’eau et les ions minéraux sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

Nos bessoins en eau

L’organisme est composé en moyenne de 60 % d’eau et la plupart des réactions chimiques dont il est le siège se déroulent en présence d’eau. La dépense hydrique journalière est de l’ordre de 2,5 litres d’eau rejetés essentiellement dans les urines et la sueur.

Les apports

Les apports en eau sont d’environ 2,5 litres par jour, ils ont 3 origines possibles :

  • l’eau contenue dans les boissons (1 à 1,5 litre)
  • l’eau contenue dans les aliments (0,5 à 1 litre)
  • l’eau résultant du métabolisme (200 à 300 ml) (l’oxydation de 1 g de glucides apporte 0,6 ml d’eau).

Source : SCÉRÉN (centre national de documentation pédagogique)

Les besoins pour la maison

Joseph ORSZÀGH nous dit : « Adapter la qualité de l’eau aux usages. Un homme n’a besoin d’eau rigoureusement « potable » qu’environ 5 litres par jour. Pour tous les autres usages dans le ménage, de l’eau de moindre qualité suffit. Un excès de nitrates, de métaux lourds, un dépassement de normes pour les pesticides ou d’autres substances indésirables n’a aucun effet pour la santé du consommateur en usage non alimentaire. La pratique quotidienne de dizaines de milliers de ménages qui, depuis des années, utilisent le système PLUVALOR (ou la valorisation intégrale de l’eau de pluie) montre que par exemple pour se laver les dents, pour l’hygiène personnelle, pour laver les légumes, les salades, pour les lessives, les vaisselles, etc., de l’eau de qualité « inoffensive » convient parfaitement. Il ne faut pas nécessairement de l’eau rigoureusement « potable ».

En effet, dans notre maison ou dans notre appartement, nous avons surtout besoin de protéger notre peau de l’agressivité du chlore (douche et bain, car c’est par la peau que nous absorbons le plus le chlore, ajouté dans l’eau du réseau pour la désinfecter). Il est également important de protéger nos appareils (chauffe-eau, lave-linge, lave-vaisselle) et le réseau de tuyauteries de notre logement de l’entartrement provoqué par le calcaire.

Pour la maison et le jardin

Viktor SCHAUBERGER, garde-forestier autrichien a, tout au long de sa vie, observé la nature, et en particulier les phénomènes liés à l’eau. Il a ainsi remarqué que l’eau ne coulait jamais de manière rectiligne, mais de façon sinueuse en créant des méandres et en tourbillonnant. Ce mouvement est appelé vortex. Il a observé des truites dans un torrent, comment elles étaient capables de rester immobiles dans un fort courant, puis d’un bond, remonter le courant, utilisant l’énergie des vortex.

V. Schauberger a constaté que la végétation était toujours plus luxuriante au pied d’une cascade qu’en haut de celle-ci.

« Les vortex ont la capacité d’engendrer des forces physiques importantes qui, dans un mouvement centripète, vont du bord extérieur vers son centre. La rotation créée part le vortex engendre une aspiration ou « énergie du vide » qui est une « implosion » générant un océan d’énergie […] Ces forces d’implosion ont la capacité de purifier l’eau et de la dynamiser et revivifier. »

Extrait du livre de R. HAAS dans « Comment purifier et revitaliser votre eau de table » éd. Chariot d’Or.

Les légumes et les fleurs de notre jardin apprécient l’arrosage avec une eau dynamisée.
Notre piscine se passe de chlore lorsque son circuit est alimenté avec une eau dynamisée. Et la vie s’y développe avec bonheur (des grenouilles viennent y nager et coassent de plaisir).

L'eau et la science

De grands hommes ont influencé les recherches sur nos systèmes de filtration de l’eau, de re-minéralisation, de dynamisation et de restructuration.

Ils ont marqué l'histoire de l'eau, parmi eux :

René Quinton : Naturaliste, physiologiste et biologiste Français (1866-1925)

Viktor Schauberger : Garde forestier autrichien, naturaliste, philosophe et inventeur (1885-1958)

Louis-Claude Vincent : Ingénieur hydrologue français, diplômé de l’École Supérieure des Travaux Publics (1906-1988)

Jeanne Rousseau : Docteur en pharmacie française (1915-2012)

Fereydoun Batmanghelidj, Jacques Benveniste, Vinh Luu, Masaru Emoto,

... et les chercheurs d'aujourd'hui...

Pourquoi et comment filtrer son eau ?

Quelles sont les différentes possibilités aujourd’hui pour filtrer son eau et quels sont les résultats ?

Les carafes filtrantes, Les adoucisseurs d'eau, Les osmoseurs, ...

Quel est aujourd'hui le meilleur système de filtration ?

Professionnel de l'eau de notre région
Conseils, Solutions, Systèmes, Installation et SAV

Var - France - Belgique